Centre de détention de Garabuli ©Narciso Contreras pour la Fondation Carmignac
Centre de détention de Garabuli ©Narciso Contreras pour la Fondation Carmignac

Prix Carmignac du photojournalisme

Hôtel de l’Industrie

4, place Saint-Germain-des-Prés
75006
01 45 49 08 38

Fondation Carmignac

24, Place Vendôme 75001
01 70 92 34 65
fondation@carmignac.com
www.fondation-carmignac.com

7ÈME ÉDITION DU PRIX CARMIGNAC DU PHOTOJOURNALISME

25 octobre – 13 novembre

Narciso Contreras
Libye : plaque tournante du trafic humain

La Fondation Carmignac présente 32 photos issues du reportage que Narciso Contreras, 7e Lauréat du Prix Carmignac du photojournalisme, a réalisé sur le thème de la Libye.

Aux confins de la Libye post-Kadhafi, Narciso Contreras met en lumière une nouvelle crise humanitaire qui voit les migrants, réfugiés et demandeurs d’asile se retrouver à la merci de milices qui les exploitent à des fins commerciales et économiques. Retenus dans des centres de détention, ces populations sont soumises à des conditions de vie inhumaines liées à la surpopulation carcérale, l’absence d’infrastructures sanitaires et les violents passages à tabac.

Narciso Contreras raconte comment il s’est retrouvé aux prises avec une bureaucratie et une logistique complexes, et comment  il a dû tracer son chemin au cœur de zones dévastées par la violence afin d’avoir accès aux centres de détention. Frustré par le manque de collaboration du gouvernement, Contreras s’est vu contraint de contourner les canaux officiels et de cultiver ses propres contacts avec des passeurs, des miliciens et les populations locales ; ce qui lui permit alors de comprendre la réalité du trafic d’êtres humains en Libye.

Tout au long de ce reportage, le photojournaliste tisse un récit captivant soulignant comment, au lieu d’être un endroit de transit pour les migrants en route vers l’Europe, la Libye est en réalité devenue une place forte du trafic d’êtres humains où les gens sont quotidiennement achetés et vendus. 

Avec ce reportage, Narciso Contreras nous offre un aperçu de la situation complexe et de l’horreur auxquels font face ces migrants anonymes. 

Le Prix Carmignac du photojournalisme a été crée en 2009 avec pour objectif de soutenir la réalisation d’un reportage photographique et journalistique d’investigation sur les violations des droits humains et de la liberté d’expression dans le monde. Doté d’une bourse de 50.000€, la Fondation Carmignac accompagne ensuite le lauréat dans la préparation et l’organisation d’une exposition itinérante mais aussi l’édition d’un livre monographique aux éditions Skira.